DISCRIMINIATION AU TRAVAIL

Vendredi 22 avril 2022

Les discriminations raciales dans le monde professionnel


Ce n’est un secret pour personne, le racisme est encore tout à fait présent dans un tas de milieux et de sociétés, il impacte donc nécessairement le monde du travail de diverses façons.

C’est un mal de la société qu’on ne peut pas éradiquer d’un seul coup, alors il est important de le comprendre, pour mieux s’y préparer, qu’on en soit victime, ou témoin.

Et c’est ce dont on va parler tout de suite.


Pour commencer, qu’est-ce que la “discrimination raciale” ?


❌ On parle de discrimination raciale, quand l’employeur traite différemment un ou plusieurs salariés racisés par rapport aux autres, et ce, sans justification légitime. La discrimination peut être directe, quand l’intention de discriminer est claire, ou indirecte, dans le cas inverse, ce qui est plus difficile à reconnaître parfois. Elle se manifeste aussi entre personnes à position hiérarchique similaire dans certains cas.


👎 Pour t’expliquer un peu plus en détails, la discrimination raciale concerne l’apparence physique, la couleur de peau, les caractéristiques génétiques, les origines, le nom de famille, mais aussi l'appartenance ou non à une ethnie, une nation, une race ou une religion.

Elle concerne autant l’embauche, que les licenciements, les changements de poste, que lorsqu'un contrat est renouvelé. Elle peut se manifester par rapport aux missions confiées à l’employé, et au niveau du salaire aussi, comme tu peux t’en douter.

D’après les études qui ont été menées, il semble d’ailleurs que dans la majorité des cas, le problème n’est pas tellement la couleur de peau, mais la religion ou encore le nom de famille.


Naturellement, quand on a ces infos, on se pose plus de questions quand on fait partie d’une minorité discriminée et que l’on souhaite s’insérer dans la vie professionnelle.


📷 La question de la photo sur le CV notamment porte à débat. Certains conseillent de pas en mettre, d’autres jugent que quoi qu’il arrive, si discrimination il y a, elle aura tout autant lieu à l’entretien.

Il faut tout de même savoir que certains algorithmes qui traitent les candidatures envoyées dans de grosses sociétés sont en effet discriminants, et le CV risque alors d’être évincé de la pile avant même de parvenir à un recruteur.

Pour ce genre de questions, il appartient à chacun de faire ses propres tests et de faire au mieux en fonction des entreprises et du secteur.


Les actes discriminants et racistes


Au-delà des discriminations à l’embauche qui existent, il y a également tous les actes discriminants au sein même des entreprises.


🤬 Par actes discriminants, on entend des insultes, des provocations, une mise à l’écart du groupe, des reproches (qui ne sont pas en lien avec le travail), des blagues ou plaisanteries racistes, des propos déplacés, etc.

Il peut aussi s’agir d’un changement de poste non expliqué, d’une surcharge en termes de tâches de travail, ou de la dévalorisation de la personne et de son travail.

Un seul acte suffit pour que ça soit considéré comme de la discrimination raciale.


🤦 Venant de qui ? Ça peut soit être l’employeur, un supérieur, ou bien un(e) collègue, ou dans d’autres cas un client de l’entreprise par exemple.

Le fait est aussi que c’est rare de voir un grand PDG ou même un DRH de couleur. Il y a encore une certaine suprématie blanche dans le monde du travail, et plus particulièrement des hommes blancs, dans les postes à responsabilités, même si encore une fois, il y a eu du progrès.

Pour info, 74% des Français disent ne jamais avoir eu un patron de couleur, par exemple.


😔 Et la réalité est, en effet, que 65% des Français estiment que  les discriminations raciales au travail ont même augmenté ces dernières années.

49% ont aussi avoué avoir été victime d’un acte raciste au travail, ce qui est encore plus malheureux.

Les personnes de couleur, d’autres religions, avec un nom de famille à connotation étrangère, n’ont pas forcément les mêmes chances d’être embauché ou même d’évoluer dans l’entreprise qui les recrute.

C’est pour ça que beaucoup ne mettent pas de photos sur le CV, mettent un diminutif de leur nom de famille, ou alors tentent de se différencier par encore davantage de travail acharné. Pour être embauché, ou pour rester dans l’entreprise, certaines personnes racisées sont obligées de faire le double d’efforts pour prouver qu’elles ont leur place.


Les discriminations raciales aux yeux de la loi


⚖️ Et légalement, ça donne quoi ?

Normalement, n’importe quel salarié, stagiaire, personne ayant un emploi ou formée en entreprise, est protégé contre ces discriminations au regard de la loi.

Il faut déjà savoir que d’un point de vue légal, toute discrimination raciale dans le milieu du travail est un délit pénal. Elles sont interdites par la loi : par le Code du travail et le Code pénal.

La peine encourue pour de la discrimination raciale peut aller jusqu’à 3 ans de prison et 45000€ d’amende.

Mais comme tu le sais, entre les lois existantes, et leur respect scrupuleux, il y a tout un monde.


Par ailleurs, si le domaine du droit t’intéresse, tu peux regarder les vidéos disponibles sur Way comme celle de Benoît qui donne des conseils pour réussir dans le milieu du droit !

⚠️ Alors que faire concrètement quand on est victime ou témoin de ce genre de discrimination ?


Quand on se rend compte qu’on est discriminé au travail, c’est déjà très difficile à vivre du point de vue de la santé mentale de la personne concernée, et ça peut vite évoluer en une forme de harcèlement moral.

Il est possible de dénoncer les faits auprès des délégués du personnel, ou en en parlant à l’employeur s’il n’est pas l’auteur de la discrimination.

La personne discriminée peut aussi porter plainte, prendre un avocat, ou saisir le conseil des prud’hommes, le Défenseur des droits, l’Inspection du travail et le Tribunal Administratif.

Contacter une association peut aussi être une bonne idée pour en parler.

Mais si la situation est vraiment grave et urgente, il ne faut pas hésiter à contacter la police (17), la gendarmerie, ou le numéro d'urgence européen (112).


📢 Pour résumer, il est important :

  • D’informer les salariés de leurs droits (ou de s’informer soi-même quand l’employeur ne le fait pas).
  • De sensibiliser et former les membres de l’entreprise à ce sujet.
  • De faire des démarches de prévention, d’anticiper ces cas de discrimination raciale.


Evidemment, les discriminations raciales ne sont malheureusement pas les seules à sévir dans le monde professionnel. Un très grand nombre d’inégalités sont aussi présentes vis-à-vis des femmes, par exemple, on t’invite à lire notre article sur le harcèlement au travail.


De la même manière, en être conscient est important, puisque ce n’est pas en faisant la sourde oreille que l’on pourra faire avancer les choses !

Titre ici