ETUDE D'HISTOIRE A WEBDESIGNER

Etude d’histoire jusqu'à webdesigner  


La réorientation fait partie des études, mais aussi de la vie pro, et le parcours de David en est un bon exemple. 

 

Après un bac économie, il se lance dans des études plutôt littéraires. Pourtant, plusieurs années, plus tard, David exerce un métier complétement différent. 


Quelles étaient tes études ? 

Cela fait 20 ans que je ne suis plus étudiant ! Mais à l'origine, j’ai fait des études de lettres et d'histoire après un bac éco pour finalement me retrouver aujourd'hui webdesigner et chef d’entreprise. Un bon virage dans mon parcours, mais dans lequel je suis très épanouie !


Pourquoi as-tu choisi ces études ? 

J’ai toujours aimé la politique et l'histoire contemporaine m’a toujours passionné, mais pour être franc mes parents y sont pour beaucoup dans ce choix ! S’ils ne m’avaient pas poussé à faire des "études sérieuses", dans mon cas, une formation en histoire pour devenir professeur, j'aurais sûrement choisi d’autres études comme par exemple des études d’art. 


Après, comme on dit, “chassez le naturel, il revient au galop”. Aujourd’hui, mon métier n’est pas trop en relation avec mes études


Qu'est-ce que tu as décidé de faire après tes études ?

Après des études d’histoire, le plus évident pour moi était de me tourner vers le métier de professeur d’histoire pour transmettre tout le savoir que j’avais acquis ! Finalement, ce n'est pas tout à fait ce qu'il s'est passé, mais en tout cas, c'était le plan initial. 


Penses tu avoir choisi le bon chemin ?

OUI ! J’ai fait des études qui n'ont aujourd’hui aucun rapport direct avec mon métier actuel, mais j’ai appris des choses qui me servent tous les jours maintenant. Mes études de lettres et d'histoire m’ont donc amené à avoir une approche alternative et différente en informatique et en design. Je ne regrette pas d’avoir changé d'orientation, et ce que j'ai appris servira dans chaque métier et dans chaque domaine. 


As-tu une passion ? Pourquoi ne pas avoir choisi un métier en lien ? 

J’avais des passions comme le graffiti et le skateboard. Mais je ne me voyais pas me diriger dans une de ces deux disciplines, en revanche mon premier client était une marque de bombes de peinture et puis je fais le site web d’une association de skate en ce moment même, 20 ans plus tard ! 

C’est une belle boucle ! Dans les faits, je ne pense pas qu’on AIT une passion, je pense qu’on EST passionné ou non, et dans ce cas là une passion peut en remplacer une autre tout au long de sa vie et on n’a pas d’autre choix que d’y consacrer sa vie. 


A quoi ressemblait une journée type dans ta vie d’étudiant ?

Et bien, j’allais aux cours qui m'intéressaient, le reste du temps je faisais du graffiti ou je bidouillais sur mon ordi. Forcément, on n’arrive pas jusqu’au CAPES avec ce rythme de vie ! 


Est-ce que cela t'épanouissait ? 

Non j’étais assez paumé, je n’arrivais pas à m’épanouir et à voir un avenir là-dedans. C’est seulement quand j’ai choisi de lâcher mes études pour tenter de gagner ma vie en tant que punk du numérique autodidacte que le chemin à suivre est devenu plus clair. Le fait de sortir de ma zone de confort a été nécessaire pour moi pour progresser. 


Avec du recul, est-ce que tu aurais fait d’autres choix d’orientation ? 

Et bien non contre toute attente, je suis content de ne pas avoir fait d’école d’art, car ça m’aurait un peu trop formaté, je pense. A 40 ans aujourd’hui, je suis content d’avoir un bagage culturel qui dépasse le cadre de l’art et de l’informatique. Le web et le design touchent et font partie des sciences humaines à mon avis. 

Aujourd'hui, je pense qu’aucune formation ne l'aborde sous cet angle et c’est bien dommage. 


Que conseilles tu à celles et ceux qui sont perdus sur le choix d’orientation ? 

De faire ce qu’ils aiment ! C'est le plus important et c’est là où ils s’épanouiront le plus. 

Titre ici