LES PARTIELS, LE STRESS DES PREMIERS EXAMENS

Lundi 8 novembre 2021

Les partiels, le stress des premiers examens


Pour tous les étudiants de France, la période des partiels approche à grands pas. En effet, dans tous les cursus universitaires, les étudiants doivent passer des examens, qu’on appelle ‘partiels’. Ce sont les examens de fin de semestre qui permettent de valider les matières étudiées durant cette première moitié de l’année. 

En fonction des filières et des universités, des contrôles qu’on appelle ‘continus’, car on les passe durant les cours que l’on suit et tout au long du semestre, peuvent aussi compter dans la moyenne finale

Pour autant, cela ne te soustrait pas à l’obligation de passer tes partiels, qui sont quoi qu’il arrive indispensables pour valider l’année. 


Alors, dans cet article, on va t’expliquer comment se présente un examen à l’université, en quoi il diffère de ce que tu as pu connaître au lycée et si tu n’as pas passé le bac en présentiel à cause du covid, comment il se présente tout court. 

Tu trouveras aussi des conseils pour t’organiser dans tes révisions et de quoi désacraliser cette semaine d’épreuves. 


Première information, les partiels s’étalent généralement sur une semaine. Cela varie évidemment selon ta filière, ton année et ton université. Mais souvent, une semaine du semestre est remplie d’examens, un ou deux au maximum par jour. 

Selon les universités, les partiels sont organisés la semaine avant les vacances de Noël ou à la rentrée de janvier. Dans tous les cas, tu auras après tes partiels une ou deux semaines de pause avant de reprendre les cours. Dans les universités où les partiels se passent en janvier, il y a une pause d’une semaine à dix jours sans cours, le temps que les professeurs corrigent. Et pour ceux qui les passent avant Noël, il y a les vacances habituelles durant lesquelles ils n’ont pas à réviser.


Pour ce qui est de l’examen en tant que tel, une épreuve dure généralement entre deux et quatre heures, plus si tu as un tiers temps. 

Comme indiqué, sur la convocation que tu recevras normalement (parfois, elles se perdent), il faut arriver au moins 15 minutes en avance, si tu dépends des transports en commun, on te conseille de bien prévoir cette avance pour ne pas rater ton exam. Si tu passes un examen dans une salle ou un campus que tu ne connais pas, tu peux même prévoir un peu plus large. 

Une fois arrivé dans la salle/l’amphi où se déroule le partiel, soit un surveillant t’indiquera où t'asseoir, soit tu pourras t’installer où tu le souhaites. La copie type « examen » et les feuilles de brouillons te seront fournies. Il faut remplir l’en-tête de la copie avec ton nom, prénom, numéro étudiant. Je te recommande vivement de le remplir avant de commencer à disserter même si tu es en retard sinon tu risques d’oublier de le faire, et sans connaître ton nom, on ne risque pas de t’attribuer une note. 

Par ailleurs, une panne de réveil peut arriver à tout le monde, alors sache que même si tu ne te réveilles pas à temps, tu peux arriver à ton examen en retard et composer. Normalement pour un devoir de quatre heures, tu à jusqu’à une heure de retard autorisée, mais les surveillants laissent souvent les gens passer l’épreuve en cas de retard supplémentaire. Tu n’auras bien sûr pas de temps en plus à la fin du devoir, mais il vaut mieux y aller et faire du mieux que tu peux, plutôt que d’avoir une absence à un examen, car dans ce cas, c’est zéro d’office, et il faudra passer les rattrapages


Voilà pour ce qui est de l’examen en tant que tel, mais bien évidemment, un exam se prépare, et la particularité de la fac, c’est que personne n’est derrière toi pour te dire quoi faire et quand réviser. 

L’université demande donc pas mal de discipline, pour ne pas se laisser déborder. On te déconseille vivement d’attendre la période des partiels pour ouvrir tes 300 pages de cours. 

Il est vrai que chacun a ses préférences en matière de révision, il y a les pros de l’organisation qui reprennent leur cours chaque semaine, il y a ceux qui révisent quand ils ont le temps et qui travaillent mieux dans l’urgence. 

Il n’est pas question de juger quelle méthode est la meilleure, mais dans le cadre précis des partiels, on ne peut que conseiller de reprendre ses cours à l’avance. Les cours magistraux sont très denses et si tu ne les synthétises pas avant de commencer à réviser, tu vas te retrouver avec des centaines de pages à relire, dont beaucoup d’informations non-essentielles. 

Sans forcément passer des heures à ficher tout ton cours, le relire quand tu as le temps pour le réduire te fera non seulement gagner un temps précieux au moment du rush des révisions, mais il te permet aussi de commencer à retenir certaines choses. Le secret, c’est de revenir régulièrement sur ton cours, à différents moments, pour que ta mémoire commence à enregistrer les informations de manière durable.

Pour ta mémoire, l’idéal est de relire le cours le soir même (on oublie la majorité des informations dans les 24h), puis de reprendre le cours de temps en temps, toutes les semaines ou toutes les deux semaines. De cette façon, tu peux travailler progressivement, sans te tuer à la tâche, et en faisant rentrer les informations de manière optimale. A toi de voir si tu es capable d’être assez rigoureux pour appliquer cette méthode. Le bon vieux rush d’avant partiel réussi chaque année à des milliers d’étudiants, c’est bien la preuve qu’il n’y a pas qu’une façon de procéder. 


Enfin si malgré tout, tu rates tes partiels, gardes en tête que ce n’est pas la fin du monde, il y a des rattrapages à la fin de l’année et le contrôle continu qui compte également dans la moyenne de la matière. 

On te souhaite donc bon courage dans tes révisions, n’oublie pas tout de même que les notes comptent, notamment si tu veux partir en Erasmus, on te laisse lire notre article sur le sujet si ça t'intéresse ! 


Titre ici